Sommaire
Technologie
Bibliothèque
Ouvrages, France & Monde
Bassins de production
Nouvelles


Les capacités de production - 2017 - par Adrien le 27/03/2016 . 18:04

France, les capacités de production

La Commission européenne examine, avec beaucoup d’attention, le nouveau système de fonctionnement du marché électrique que la France veut mettre en service dès 2017. Ce mécanisme vise à prémunir le pays contre les risques de rupture d’alimentation.

Le principe : chaque fournisseur d’électricité ( 36 en France à ce jour) doit démontrer qu’il est en mesure de couvrir la consommation d’électricité de l’ensemble de ses clients, y compris pendant les périodes de pointe, et d’atteindre ainsi le niveau de sécurité d’approvisionnement fixé par l’Etat, par exemple ce niveau doit couvrir la demande pendant une vague de froid décennale.

Les moyens :
1) par des moyens de production, dont la disponibilité serait rémunérée.
2) au travers de contrats d’effacement, tels qu’ils en existent déjà avec les gros industriels, ces contrats pourraient être étendus à la clientèle particulière.

Le dispositif affiche ainsi deux objectifs principaux, inciter les investissements dans les moyens de production disponibles et modifier le comportement des usagers en encourageant  les effacements à la pointe.


France, renouvellement des concessions - par Adrien le 17/11/2014 . 22:33

 France - renouvellement des concessions hydroélectriques, le point en cette fin d'année 2014
La Commission européenne accueille favorablement les dispositions que prévoit de prendre la France au sujet du renouvellement des concessions de barrages hydroélectriques.
Explicitées dans le texte de la loi de transition énergétique, débattue au Parlement à partir du 1er octobre, il s’agit de placer les ouvrages hydroélectriques français entre les mains de sociétés d’économie mixte (SEM) dont le capital serait détenu majoritairement par l’Etat et le reste par des sociétés privées. Ces dernières seront sélectionnées à l’issue
d’appels d’offres.
Aujourd’hui 80% des concessions hydroélectriques sont détenues par EDF et 17 % par GDF Suez à travers ses filiales (les ouvrages appartiennent quant à eux à l’Etat).
L’Union européenne et la France mettent ainsi fin à un débat qui les opposent depuis près de six ans.
 Dans le cadre de l’ouverture à la concurrence du marché de l’énergie en Europe, Bruxelles a imposé à l’Hexagone de remettre en concurrence  20 % (environ 5 000 MW) de concessions hydroélectriques (arrivées à échéance pour certaines).
Lancée par le ministre de l’Environnement, en 2009, la procédure a attiré plus d’une dizaine d’électriciens européens, qui s'impatientent.
Le rapport Battistel-Straumann, du nom de leurs auteurs, deux parlementaires, permettra de s’inspirer de modèles étrangers, en particulier du Nord de l’Europe, qui ont permis de maintenir une prédominance de l’Etat dans l’exploitation des concessions hydroélectriques. Si la loi de transition énergétique est adoptée en l’état par la représentation nationale, le gouvernement pourra lancer prochainement les appels d’offres pour former ces nouvelles SEM.
L'Etat devient actionnaire majoritaire (51%) de ces SEM, mais rien ne garantit aux concessionnaires sortants (EDF et GDF-Suez) de toucher le ticket gagnant dans ces nouvelles sociétés.
Pour mémoire: l'Etat français est actionnaire à hauteur de 84,49% dans EDF et de 36,7% dans GDF-Suez.

Bon... la concrétisation du processus prendra encore quelques années !




500 000 eme visiteur - par Adrien le 05/03/2014 . 14:30

Bienvenue au 500 000 eme visiteur qui va venir sur ce site, aujourd'hui. Il y a un an, presque jour pour jour, nous saluions le 200 000 eme visiteur.

Black-out - par Adrien le 23/10/2013 . 17:16


Black-out

 
   Nous avons frôlé le black-out ! Ce n'est pas une nouvelle, et encore moins un scoop, puisque nous voulons rappeler l'incident survenu dans la soirée du 4 novembre 2006, qui a plongé dans le noir 15 millions de foyers européens.
Pour autant, les causes et les conséquences de cet incident, le retour à la normale et les améliorations à mettre en œuvre restent des sujets pleinement d'actualité.
Résumé des faits:
   Une ligne THT (400kV) est mise hors tension volontairement pour le passage en sécurité d'un navire quittant un chantier naval, sur la rivière EMS dans le nord de l'Allemagne.
Mal programmée cette manœuvre entraine le déclenchement par surcharge d'une 2e ligne 400 kV, d'autres lignes vont déclencher par effet dominos conduisant à la formation de 3 poches dans le réseau maillé de l'Europe de l'ouest.
En gros: une zone NE, une zone SE, une zone ouest comprenant la France.
Le NE est en surproduction, la fréquence grimpe à 51 Hz, les productions décentralisées (éolien) se mettent hors-service, la zone passe en sous-production.
La zone SE est en sous-production modérée.
La zone ouest est en forte sous-production, la fréquence chute à 49 Hz, les productions décentralisées se mettent hors-service , le déficit de production augmente de 10 000 MW (dont 5 000 pour l'éolien).
La fréquence continuant sa chute, en dessous de 49 Hz les automatismes de délestage automatique des réseaux de distribution fonctionnent et évitent l'écroulement total du réseau, le black-out.
Sachant que le retour à la normale après un black-out nécessite de nombreuses heures (plusieurs jours aux USA en 2003), on a frôlé la catastrophe.
   En France, la mise en route, dans les minutes qui suivent, des groupes hydroélectriques disponibles va permettre un retour à la normale en moins d'une heure.
 En 10 minutes ce sont 3 940 MW qui sont injectés sur le réseau (Bort-les-Orgues, Montézic, Grand-Maison, Villarodin, Sarrans-Brommat, Tignes, Super-Bissorte, La Bathie, Monteynard), auxquels vont s'ajouter dans les minutes suivantes    1 000 MW de la Durance.
Les remèdes:
   Un respect impératif de la règle du N-1, cela n'a pas été le cas de la part du gestionnaire du réseau de transport (GRT) allemand.
   Une modification des automates des productions décentralisées ou le contrôle centralisé de leur fonctionnement.
---------------------------------------------
   Avec la montée en puissance de ces productions décentralisées, les GRT ont du pain sur la planche !
En France la puissance installée du parc éolien est à ce jour de l'ordre de 7 000 MW, dans la décennie qui vient elle devrait être portée à 30 000 MW !!!
 Lire le rapport d'enquête et les recommandations de la CRE (Commission de Régulation de l'Energie) en cliquant ici.




200 000 eme visiteur - par Adrien le 10/03/2013 . 18:32

En ce 10 mars 2013, je salue la venue du 200 000 eme visiteur sur ce site.
Adrien

Quid du nucléaire ? - par Adrien le 22/07/2012 . 16:08


La filière nucléaire ??
 
         Il est heureux de constater que dans notre pays il y a encore des décideurs et des gens d'expérience, et de bon sens, qui gardent les pieds sur terre.
        En effet, au delà des énergies renouvelables qui ont le vent en poupe, il faut savoir garder raison en matière énergétique, et garder raison en France, mais ailleurs également, c'est faire progresser la filière nucléaire et non pas l'abandonner, car la marge de progression est énorme, que ce soit du point de vue de la sécurité, de celui du rendement ou bien des déchets ultimes. Et ceci en gardant à l'esprit que nous devons impérativement réduire notre consommation d'origine fossile.
        Si vous voulez en savoir plus sur les recherches en cours et sur les perspectives à moyen terme vous trouverez par le lien suivant un texte qui fait le point
:

 

 


 


puissance appelée en France - par Adrien le 07/02/2012 . 16:08


Réseau de Transport Electricité
Consultez, en direct, la puissance délivrée sur le réseau de
la France métropolitaine, par les différentes filières de production

par le lien : www.rte-france.com

les S.T.E.P. - par Adrien le 18/11/2011 . 21:10


Stations de transfert d'énergie par pompage

 
Nous avions présenté, succinctement, les Stations de Transfert d’Energie par Pompage (STEP) au chapitre des centrales.
Il nous a paru utile de revenir plus en détails sur ce type d’installations avec l’ouverture d’un chapitre spécifique.
Après une période de désintérêt, le développement des STEP semble revenir d’actualité avec l’essor des énergies renouvelables à production intermittente, voire aléatoire.
Il serait pourtant illusoire de croire que les STEP pourront compenser seules les fluctuations de production de ces énergies renouvelables, l’essentiel de cette compensation sera toujours fourni par des moyens de production consommant des énergies fossiles.
En outre, d’un aspect purement économique, si l’on considère, d’une part l’importance des investissements financiers pour construire ces centrales et, d’autre part un rendement énergétique voisin de 72%, seule la consommation d’une énergie disponible à bas coût justifie leur utilisation.

DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 ] SuivantFin

Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 64 membres


Connectés :

( personne )
Webmaster - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^